Actu

20/07/2014

Iron de Zürich : J-7… et une tête du radius en moins…

posté à 13h24

5 semaines après une course incomplète au Luxembourg, c’est avec une tête du radius en moins et des questions en plus que j’aborde cette semaine avant l’ironman de Zürich.

Après le Lux, beaucoup de déception, de perte de confiance, des erreurs d’alimentation. En discutant avec Stéphane, nous avons trouvé les erreurs, reste plus qu’à mettre en pratique !
L’envie est revenue mais beaucoup de question concernant le marathon, mon niveau à pied, etc.

Fracture du coude au niveau de la tête du radius.
Une chute sur le coude va me rendre la partie natation plus difficile que prévu. En effet je ne peux pas tirer sur le bras gauche et vu la baston qu'il y aura au départ, il va falloir serrer les dents !! Alors advienne…

Voici 2 ans et demi que j’ai commencé le triathlon pour faire cette distance. Le corps s’adapte petit à petit à ce sport : perte de poids, changement musculaire, bref un long processus d’adaptation qui continue. Avec des douleurs mécaniques à pied qui évoluent pour l’instant favorablement sur duathlon, half. J’aimerais que cela continue sur la distance iron : dans J-7 la réponse !

En attendant, je vais prier les dieux de la météorologie pour que le marathon soit frais.

A bientôt les amis…

 


22/06/2014

70.3 du Luxembourg...

posté à 20h04

Bon voilà, pour une fois je fais un retour sur une course à chaud.
J’étais parti ce samedi pour faire le 70.3 du Luxembourg. Premier triathlon de l’année, j’avais à cœur de me faire plaisir et de lâcher les chevaux, enfin !
J’étais prêt. J’étais reposé. J’avais acquis de la confiance à pied suite aux progrès récents. Je savais que Stéphane et moi avions fait du bon boulot !

Départ à 13h45. Bonnet bleu. Coup de pétard… c’est parti, on part tous vite. On se nage dessus pendant plusieurs centaines de mètres. Puis j’arrive à remonter des gars et à accélérer. Mais face au courant, je n’arriverai pas à rattraper le retard sur le groupe de tête de mon AG (age group) qui est conséquent.
Je sors en 30’54 de l’eau soit le 28 ème temps / 220 de mon GA.

Bonne transition (que j’avais beaucoup répété dans ma ptite tête la nuit passée) en 2’18.

Me voici sur le vélo. Mon idée de base est de bien m’hydrater et de m’alimenter pour pouvoir tout donner à pied. Je vais avoir du mal à suivre les puissances demandées par Stéphane: beaucoup de monde à doubler. Je vais aussi faire beaucoup d’efforts pour ne pas drafter, ce qui est loin d’être le cas de tout le monde (j’ai pensé à toi Francky). Je pense que j’ai perdu de l’influx face à cette triche (accompagnée de mes insultes).
Bref ! Je finis le segment vélo en 2h27.

Deuxième transition correcte en 1’34.

Dés les 1ers mètres, je sens que la course à pied va être longue. Il fait chaud. Mais surtout je ne suis pas bien au niveau du ventre. Les sensations sont très mauvaises. Impossibles pour moi de tenir mes objectifs de 4’20/kilo et ce n’est certainement pas les simulacres de ravitos qui vont m’aider à bien m’hydrater !!!! J’essaie durant ce segment pédestre de me concentrer sur le peu de technique que je possède, en vain ! Je finis en 4’52 de moyenne, hallucinant !
Le tout en 4h38min.

Voici beaucoup de déception. De la perte de confiance. Il faut retravailler sur le plan mental car l’Ironman de Zürich arrive à grand pas !

Un grand merci à mon pote Flo ainsi qu’à Sailfish tout d’abord pour les conseils sur les combi et la location de la « One » effectivement beaucoup plus souple que ma Vanguard, et ses encouragements !
A Gary pour ses photos superbes, ses encouragements, sa bonne humeur !
Et à tous les copains qui ont participé parce que c’est génial de les croiser : Phil, Alex, Mel, Xavier. Il en manque encore une, mais elle, je n’ai plus besoin de la citer ;-)

A bientôt…

 


11/05/2014

Duathlon de Betschdorf... bienvenu en Alsace !

posté à 16h34

Le travail de mon kiné allié à de nombreux étirements m’ont permis de me réconcilier avec mon dos .. ouf…. J’allais donc pouvoir tester mes nouveaux joujoux, un ensemble Zipp 404 et 808 Firecrest !!

Le jour « J » arriva enfin. Une grosse envie de faire une course !
Un nouveau format nous est proposé cette année : 10 km de cap, 52 à vélo et « re » 5 km à pied.
Me voici sur la ligne de départ. Les consignes de Steph sont de courir à 4’ au kil. Le but du jeu qui plane dans ma petite tête sera de limiter en fait le plus possible mon retard habituel sur la cap1 mais sans me griller !
Avec l’expérience qui s’accumule, je pars plus prudemment. Me voici sur du 3’45.
Les km défilent et je me sens pas mal. Des encouragements parviennent à mes petites oreilles, ça fait très plaisir. Je suis plus vite que l’allure demandée. Et là je me dit que si j’assure pas derrière, je vais me faire « engueuler » par le coach ;-)
Pour la 1ère fois je vais réussir à tenir mon allure de départ, ce qui va me permettre de ne pas me faire doubler et même de reprendre pas mal de gars.
Je termine cette CAP1 en 37’54 avec du 3’51 de moy/kilo: content.

A ce stade, je suis curieux de savoir si j’en ai trop mis à pied ou si je vais pouvoir tenir les Watts sur le segment vélo. Puissance cible : 290W.
Le parcours (3 tours en aller-retour) est pour ainsi dire plat, autrement dit un parcours fait pour des rouleurs dont je fais partie. Il va se révéler faussement facile : revêtement médiocre accompagné de mon pire ennemi : le vent !!
Le 1er tour se passe bien. Je reprends pas mal de gars et je cherche un certain « petit Jean » qui a fait une CAP1 du tonnerre… mais pas de Schenkele !!!
Après un gel qui a éclaté partout sur mes cuisses, s'en suit une traversée du désert, pratiquement plus personne à l’horizon. Je reprends quelques filles parties 10 min avant les hommes. Et surtout je croise les 1er hommes.. l’avantage d’un circuit en aller-retour !
Au 3ème tour, j’arrive encore a rattraper quelques gars et enfin apparaît schenkele.. ah ah !!
Le vélo se termine bien : 1h21, 39,1 de moy et du 295W de moy. Encore trop loin d’un pote JP et surtout trop loin de la fusée allemande qui nous a tous écrasé.
Avant de rentrer dans le parc, un vélo devant moi… une petite Estelle, 1ère féminine que je ne pensais pas rattraper (les femmes étant parti 10 min avant les hommes) ! ;-)

Je pars pour la 2ème CAP. Je me dis que comme d’habitude, je vais me faire ramasser par certains que je viens de doubler en vélo ! Hé ben même pas.
3 km avant l’arrivée, j’apprends que je suis 7ème (merci Antoine). Je suis tout content. Je me retourne, derrière personne. Devant, personne. Bon !
Je finis la CAP2 avec du 3’59/kilo. Le tout en 2h20 et une 7ème place /135.

Très satisfait des progrès à pied. Une course très ludique et vraiment bien organisée !
La prochaine est dans troooopp longtemps : le 70.3 du Luxembourg et la motivation sera présente plus que jamais !

A bientôt..

 


19/03/2014

1ère course de l'année et 1er semi sec ..

posté à 08h37

Première course de l’année, après m'être remis de cette double entorse, enfin ! Le semi de la Wantzenau me faisait un peu peur. C’était mon 1er semi sec. Mon entraineur me demandait du 4’00 au kilo… Au vu de mes sensations à l’entrainement, cela me paraissait difficile à réaliser.

Au coup de feu, je fais le plus vite possible pour rejoindre le meneur d’allure 1h25’. Le pauvre, c’est un wagon qu’il a accroché au cul !!
Les 1er kilo se passent bien, les sensations sont satisfaisantes mais je redoute un creux vers le 15-17ème km. Je gère donc le plus possible.
Très vite le wagon s’allège de quelques éléments puisqu’au 9ème km, je me retourne et il n’y a déjà plus personne. Je suis le dernier du groupe composé d’une dizaine de personne dont Coincoin !

Les km avancent et tous les voyants sont au vert. Au 15ème km, je me sens encore bien. La consigne de Stéphane est d’attendre LE dernier km pour accélérer si je me sens bien. 16ème Estelle et deux autres cyclistes (Schenky et Jean) que je ne vois pas à ce moment là, m’encouragent. Je me sens étonnamment bien. 18ème, Estelle m’encourage. « Allez » c’est le moment.
Instant excitant, je me décide à sortir du groupe où il n’y a plus que 4-5 personnes. J’accélère à 3’54 du kilo. On sort de la forêt pour arriver face au vent.
Je fais sur les 3,5 derniers kilo 3’54 - 3’55 - 3’55 et 3’40.
Je termine en 1h25m02s à la 50ème place / 956.

Les points positifs :
J’ai bien géré ma course. J’arrive sans être exténué. Je me fais une 1ère référence sur cette distance et gagne par la même de la confiance en cap. Les 0asics GT 1000 sont pas mal.

Les points négatifs :
Hé bien quand Estelle m’a filmé, la foulée n’était pas tip top, un peu assis.
Et mes cheveux au dessus du crâne se barrent !!!

Vivement le prochain dossard…

 


05/02/2014

un contre-post matos..

posté à 21h36 dans "Matos"

Tout le monde réalise des tests matos pour faire partager les dernières nouveautés. Je suis obligé d’y prendre part.
Les athlètes, les marques mettent en avant les dernières chaussures vélo, les dernières baskets. On m’assassine le cerveau à coup de drop, de légèreté, de minimalisme … de semelle en carbone… mais y’en a marre bordel !
Bienvenue au pays du 16 ou 52 !!!! Le pays où y’a rien, pas de choix, que dalle !

Je vais vous faire découvrir moi, mes chaussures vélo. Les Shimano R076 !!! Un nom qui claque.
Ca c’est de la godasse. Dernier modèle… mais des années 80. Increvable au point de faire rougir la légendaire qualité et robustesse allemande. Un subtil alliage de plastique et de cuir, comme celui que l’on doit trouver dans les Dacias bas de gamme. Légères, vous n’imaginez pas à quel point. Je ne mets pas de photos, je vous assure que vous ne voulez pas les voir ! Ils n’ont pas osé proposer une gamme de couleurs variées tellement le noir et le gris avec semelle bleue en jette. Pas de fioritures avec des mollettes pour serrage rapide ou autre. Vous pourrez apprécier les 3 scratchs et sa languette, très pratique pour les transitions que j’ai d’ailleurs enlevé.
Bref vous l’avez compris, je suis conquis par le choix qui m’est proposé.

Passons aux chaussures de course à pied. Le minimalisme se résume pour moi à des bonnes chaussures de 440 gr… par chaussure bien sûr. Ce qu’il y a de bien, c’est qu’avec le peu de modèles qui m’est proposé, je n’ai pas à m’habituer à une chaussure plus légère, plus rigide, plus molle ou je sais pas quoi : y’a aucune différence.
C’est plutôt des chaussures passe partout en fait. Elles ont toutes les mêmes semelles ou presque. J’ai pris option « tracteur ». Comme ça au moins je ne risque pas de sentir le sol.
Pas besoin d’hésiter entre certaines marques, couleurs ou autre subterfuge, il y a 3 marques qui font cette taille !
Les chercher en magasin serait trop simple. Moi je dois les commander par internet via un site américain ou attendre que quelqu’un aille aux Etats Unis et accepte de ramener une paire qui prendra le volume de sa valise !
Là au moins j’ai l’impression de les mériter.

Blague à part, je me suis entrainé pendant plusieurs semaines sur Nancy. Je vous rassure, je n’y suis pas allé pour son climat clément ou exotique.
Cependant, j’ai été accueilli très chaleureusement par l’ASPTT Nancy et les deux Nicolas (les 2 entraineurs) ainsi que tous les nageurs : Pascal, Mathieu, Raphaël, la ptite Pauline et tous ceux dont j’ai soit oublié le nom soit que je ne le connais tout simplement pas.
Très sympathique et intéressant de voir la différence entre les entrainements de tri et de nat. Un grand MERCI à eux.

Voilà prochaine étape, ce sera le semi de la Wantz le 16 mars. Je préfèrerais faire un trail qui a lieu à la même époque mais ce ne serait pas très malin au vu de ma récente entorse et de mon programme de la saison.
D’ailleurs, pour les entorses, Zamst fait de très bonne chevillière, je dispose de la A1 et j’en suis très satisfait: la cheville est bien maintenu, rigide et à la fois agréable à porter, on ne sens pas comprimé, néanmoins la cheville est bien maintenue.

A fini. A très bientôt pour ça se trouve un vrai test matos!

 




» Consulter les archives

RSS